Madame Aurèlie Adam Soulé ZOUMAROU,
Ministre de l'Economie Numérique et de la Communication du Bénin
Présidente du Comité du Comité scientifique national

 

 

Chers participants,

Le Bénin est très heureux de vous avoir accueilli à Cotonou du 18 au 22 Juin 2018 prochain, à l’occasion de la tenue de la 2ème Conférence internationale des Ministres de la santé sur la sécurité des patients et la gestion des risques en milieux de soins en Afrique (CIMSA 2018) sur le thème :"Apports des technologies du numérique dans la gouvernance des systèmes de santé et le développement du tourisme médical en Afrique : quels enjeux sur la gestion des risques et la sécurité des patients ?".

 

Cette deuxième édition qui met l’accent sur l’utilisation des TIC, s’inscrit dans le suivi de la CIMSEF 2012 qui a permis de sensibiliser les plus hautes autorités sanitaires de la région africaine sur les enjeux de la qualité et la sécurité dans les établissements de santé, et de mobiliser les décideurs sur la nécessité de faire de cette problématique une question prioritaire dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques nationales de santé.

Elle se base sur le constat que faute d’investissements conséquents pour moderniser les systèmes nationaux de santé, les pays africains ne tirent encore aucun parti de l’apport des technologies numériques appliquées au secteur de la santé en raccourci E-santé, pourtant source d’améliorations profondes pour les patients comme pour les professionnels et, très rapidement, d’économies substantielles dans toute la chaine de production de soins.

Ainsi, s’agissant de l’éducation à la santé via le numérique et de la santé à domicile grâce aux objets connectés qui va remplacer l’hospitalisation systématique, elles sont appelées à se développer. Les impacts en sont énormes, tant sur le plan psychologique pour les malades, que pour les économies induites et pour le confort de travail des personnels hospitaliers, qui pourront se recentrer sur les interventions médicales exigeant l’hospitalisation.

La E-santé, c’est ainsi une meilleure qualité des soins, une gestion coordonnée des risques et une plus grande sécurité des patients, cela à travers entre autres exemples, la traçabilité des actes médicaux, la transmission de données entre établissements et professionnels de santé, les dossiers médicaux numériques, la surveillance à distance des personnes atteintes de maladies chroniques comme le diabète, l’asthme ou l’insuffisance rénale.

Ce sont aussi de nouvelles techniques fondées sur le numérique qui améliorent considérablement les capacités diagnostiques (ex : examen automatique du fond d’œil sans dilatation préalable de l’iris pour les diabétiques). La E-santé, c’est une réponse aux préoccupations d’une société en recherche d’autonomie, une meilleure égalité de tous dans l’accès aux soins, une nouvelle vision du vieillissement et de la dépendance, favorisant notamment le maintien à domicile.

La E-santé est également le corollaire incontournable de la révolution médicale en cours, grâce aux avancées scientifiques et technologiques considérables qui ont apporté de nouveaux outils et de nouveaux concepts au service de la santé : séquençage du génome humain, étude du polymorphisme des gènes, pharmacogénomique, imagerie fonctionnelle, nanotechnologies, biologie de synthèse. Leur application à la médecine ne peut se concevoir sans le numérique.

La E-santé, c’est enfin une filière industrielle au potentiel économique considérable, au carrefour des technologies de santé, de la microélectronique et des TIC, trois domaines où l’Afrique possède de grands atouts et potentialités. La structuration de la filière numérique dédiée à la santé est une opportunité majeure pour les entreprises et les PME innovantes de ces secteurs et le développement du tourisme médical de haut niveau de notre sous-région.

Au nom du Comité scientifique national, je vous invite tous à prendre part aux travaux de cette 2ème Conférence internationale sur la sécurité des soins (CIMSA 2018) dans contexte de transformation digitale de la gouvernance du secteur de la santé au Bénin et en Afrique.

La Président du Comité scientifique national.